Edito

Alexandre Durand-Viel 

Directeur Général du château de la messardière

Bienvenue au Château de la Messardière

Depuis bientôt trente ans, nous sommes heureux et fiers d’ouvrir d’avril à octobre les portes du Château de la Messardière, hôtel 5 étoiles Palace de France : un véritable havre de paix et lieu d’accueil des arts depuis 1890 sans jamais perdre de sa superbe. Année après année, nous avons poussé l’exigence au plus haut point : une succession d’agrandissements, de rénovations et d’innovations nous ont permis d’atteindre l’excellence d’un palace au luxe discret et authentique. Nous recherchons en permanence le meilleur, afin de proposer à nos hôtes un séjour inoubliable en cohérence avec le lieu.

En séjournant parmi nous, vous pourrez profiter de nos promenades dessinées dans notre parc de dix hectares et ainsi flâner au gré de ses sentiers naturels, ou contempler la nature le temps d’une pause sur les bancs en lave de Salernes. Un cheminement naturel qui m’a poussé au fil des ans à développer plus d’harmonie entre le château et son domaine. Ainsi, cela fait huit ans que nos abeilles produisent un miel que nous proposons avec notre plateau de fromages le soir à L’Acacia, au restaurant gastronomique. Par ailleurs, les oliviers centenaires et le champ d’arbres plantés en flanc de colline en amont de la pièce d’eau nous permettent de produire une huile de qualité. Une nouveauté en 2019, proche du terrain de pétanque qui permet à nos hôtes de s’amuser en famille ou entre amis : nous avons intégré au cœur du domaine un « Royaume des Princes et des Princesses » pour les plus jeunes de 1 à 12 ans où une spacieuse aire de jeux en bois naturel leur est proposée. Différentes façons de partager notre magnifique environnement naturel, preuve de notre quête permanente d’excellence… Autre nouveauté, tant pour répondre à l’attente des enfants de jouer entre eux et créer des amitiés qu’à celle de leurs parents de passer de paisibles moments aux piscines de l’hôtel, nous proposons de mi-juin à mi-septembre un Kid’s Club ouvert chaque jour de 10 heures à 20 heures avec des animateurs qui s’occuperont d’eux à partir de 3 ans (dès l’âge où ils sont propres).

Notre engagement envers les plus jeunes ne s’arrête pas là. Le Château de la Messardière est particulièrement impliqué dans la vie associative et culturelle de la Presqu’île de Saint-Tropez et soutient diverses associations. Dernièrement, en tant que Président de la Société Tropézienne des Amis de la Musique, j’ai offert deux récitals à plus de 400 écoliers et leurs professeurs qui ont pu découvrir le temps d’une matinée « La petite histoire de la grande musique ». Interprétée par les musiciens Emmanuelle Bertrand, et Pascal Amoyel et leur fille violoniste Alma de 11 ans (et en guest star sa sœur Sarah, 7 ans), le spectacle a été très apprécié par les enfants de Saint-Tropez, de La Croix-Valmer et de Cavalaire. 

Emmanuelle Bertrand, Pascal Amoyel et leurs filles, Alma et Sarah

Cette année le Château de la Messardière soutient également « BAB Charity » qui a pour objectif d’améliorer la qualité de vie des enfants malades et de leurs proches. Enfin, notons que le « Grand Prix de la Photo Saint-Tropez » sera ponctué par une vente aux enchères au profit de l’association « Mécénat Chirurgie Cardiaque enfants du monde » le 20 août 2019 à la Messardière. De beaux événements passés et à venir qui très concrètement permettent de redistribuer des dizaines de milliers d’euros confirmant ainsi année après année notre démarche sociétale.

Aussi, au travers de ce magazine, je souhaite partager avec vous ma passion, et l’engagement de nos équipes, pour cette grande maison et vous donner l’envie d’en découvrir les différents aspects.

Bon séjour au Château de la Messardière

 

La belle histoire du château

Il a traversé les siècles, sans jamais perdre de sa superbe. Restauré et agrandi, transformé en un palace de charme il y a trente ans, il vit chaque saison une nouvelle jeunesse grâce à vous…

Le nom de la Messardière remonte à l’époque du royaume des Francs, plus précisément au règne de Charles Martel, le grand-père de Charlemagne. Il est lié par de multiples alliances aux lignées royales, carolingiennes, puis capétiennes. De faits d’armes en distinctions de cour, c’est en 1669, à l’époque du mariage de Renée, fille du seigneur de la Messardière, avec le comte Léonor Le Brun, que les armoiries de la dynastie font leur apparition. « Armes d’argent au chevron de gueule, accompagné de trois merlettes de sable, avec pour devise Victor et Inermis, vainqueur même désarmé ». 

Achevé en 1904, le château est le superbe cadeau de mariage de deux époux hors du commun, Henri Brisson de la Messardière, officier et excellent cavalier et Louise Dupuy d’Anjeac, une jeune artiste au caractère très moderne. Deux enfants naissent de cette union et la vie au château se déroule douce et heureuse, rythmée par les longues promenades à cheval et les mélodies au piano. Le destin met fin à ce bonheur en frappant Henri prématurément. 

Pour remédier à une ruine annoncée, la jeune veuve dynamique, déterminée et visionnaire décide alors d’accueillir au château des hôtes de marques, puis dans un deuxième temps des jeunes filles de bonne famille qui viennent y parfaire leur éducation. La vocation d’accueil du lieu est née. Mais Louise qui excelle dans la vie mondaine est loin d’être une bonne gestionnaire. Les réceptions fastueuses, les fêtes grandioses s’enchaînent pendant les années folles. Lentement, le domaine décline, puis finit par sombrer.

Obligée de vendre, elle ne parvient pourtant pas à quitter le charme des paysages tropéziens et s’installe non loin du château de son cœur. Demeure successive d’un notaire de Nice puis d’un industriel, il connaît une période sombre, ouvert aux quatre vents. Les rumeurs parlent même de fantômes… De quoi éveiller les superstitions et faire naître le mythe.

Sa renaissance débute en 1989. Restauré et agrandi sous l’égide de l’architecte en chef des Monuments Historiques Jean-Claude Rochette qui lui rajoute 2 grandes ailes face à la mer, une piscine centrale et rénove la bastide adjacente, il est transformé en hôtel de luxe dès juillet 1990. Ici plus qu’ailleurs, les murs ont une histoire… 

La piscine, le cœur de vie solaire du château

La piscine, lieu de prédilection des hôtes du château, fait l’objet de toutes les attentions d’Alexandre Durand-Viel. Sous son impulsion, les artistes et artisans d’art de renom, les meilleurs techniciens et les fidèles équipes du Château de la Messardière conjuguent leurs talents pour contribuer à cultiver la magie de ce lieu unique.

Une douce alchimie de signatures artistiques 

Forte d’une récente et belle collaboration avec la galerie Estades (Paris/Lyon/Toulon/Baden-Baden), le Château de la Messardière vous invite à découvrir cette saison autour de la piscine deux sculptures en bronze d’exception signées Sylvie Derely (voir par ailleurs dans nos pages Art). Depuis 25 ans, Nicola Rosini di Santi et le Château de la Messardière partagent une belle complicité artistique. Le peintre, sculpteur et designer a signé de nombreuses œuvres d’art pour le château dont une sculpture en résine patinée de bronze « cette œuvre qui représente la délicatesse, l’équilibre, l’harmonie place l’Art au centre du Château, je suis très fier de cette signature et de la belle histoire d’amitié qui me lie au palace » résume l’artiste. Les œuvres des Shine Mosaïque ont voyagé dans les plus beaux endroits de New-York, Moscou, Paris, Monaco et Saint-Tropez, avant de séduire Alexandre Durand-Viel. Au fond du petit bassin, la mosaïque des céramistes Graziella Pizzi et
Laurence Cappelli s’inspire du cadre fastueux du palace sublimé par « la magie des êtres, des animaux et de la nature ».  Un univers végétal et solaire qui vous invite à une douce évasion. Fort d’une collaboration artistique de plus de dix ans avec l’hôtel, Alexandre Audonnet, artisan d’art spécialiste de l’inox, du cuivre et du laiton, a pris un soin tout particulier à révéler la noblesse et la beauté des éléments clés de la piscine, notamment l’échelle de bain, les encadrements et le bassin. 

L’expertise des meilleurs techniciens

En coulisses, pour votre bien-être, une équipe de techniciens veille scrupuleusement à l’entretien de la piscine sous la direction de David Gangloff le responsable maintenance de l’hôtel. Cet hiver, pour votre confort, Michel Abed (société AM-SOLS) et son équipe, fort d’une expérience de plus de 20 ans dans la rénovation de sols et riche des valeurs de savoir-faire et d’éthique des Compagnons du Devoir, a procédé au ponçage des pierres de la piscine pour vous assurer tout au long de la saison un confort de baignade inégalé, avec sous vos pieds une véritable sensation de douceur. Ces artisans passionnés ont également révélé la beauté naturelle des terrasses en marbre, en collaboration avec la société tropézienne Azur Pool Concept de Philippe Pettavino qui pour sa part assure une surveillance continue du bassin et de la qualité de l’eau tout au long de la saison, en liaison avec les équipes de l’hôtel : la perspective pour vous de belles séances de baignade dans une démarche respectueuse de l’environnement.

Un lieu de vie et de plaisir tout au long de la journée

Vos journées farniente s’écoulent paisiblement autour de notre piscine miroir avec une vue magique sur le golfe de Saint-Tropez. Quel bonheur de prendre un peu de temps pour soi au cours de la parenthèse enchantée des vacances ! Un petit plongeon dans l’azur de cette agréable eau chauffée, quelques longueurs sportives le long d’un bassin presque olympique (20 m x 12 m), une séance bronzage sur notre solarium ou une pause détente tranquillement alangui sur les chaises longues ou les confortables canapés, détendez-vous face au sublime panorama de Saint-Tropez… À quelques mètres de votre transat, le responsable des bars du château Alain Péant et ses équipes vous proposent des cocktails détox, lights et vitaminés, élaborés avec des fruits et légumes frais, de quoi garder la forme et entretenir un teint radieux pendant les vacances ! Pour vos petites faims, de petites assiettes et brochettes healthy à grignoter sous le soleil, mais également en nouveauté cette année les fameuses glaces artisanales de la maison Barbarac.

La piscine, théâtre de belles amitiés

C’est autour de la piscine, véritable cœur du château que de belles amitiés se sont créées. La beauté du lieu et l’accueil très professionnel des équipes concourent à cultiver une atmosphère détendue qui contribue à l’échange et au partage, comme en témoignent Pascal et Dominique, de fidèles hôtes du château : « La piscine est un lieu véritablement magique pour plusieurs raisons : un cadre exceptionnel, une vue incroyable, des infrastructures haut de gamme, une décoration raffinée, des équipes au petit soin, une carte de grande qualité… C’est un endroit sans comparaison sur la Côte d’Azur ! C’est ici que nous avons rencontré nos meilleurs amis. Ce lieu est placé sous la protection du soleil et d’êtres merveilleux ! ».

Glamour : le film La Piscine 

de Jacques Deray fête ses 50 ans

(Hommage à Michel Legrand)

Ce classique du cinéma français, diffusé pour la première fois dans les salles obscures le 31 janvier 1968, a été tourné quelques mois plus tôt, au cours de l’été 1967, dans la presqu’île de Saint-Tropez. L’intrigue du drame interprété par des acteurs de légende, Alain Delon, Romy Schneider, Jane Birkin et Maurice Ronet a pour cadre principal une piscine d’exception située au cœur d’une villa secrète de Ramatuelle. La majeure partie des scènes se déroulent au bord de la fameuse piscine, théâtre de ce sublime huit clos où deux hommes se disputent les faveurs d’une femme. La bande-son est signée Michel Legrand, grand compositeur du cinéma français décédé le 26 janvier dernier. Ce grand artiste, auteur des musiques devenues cultes des Demoiselles de Rochefort, des Parapluies de Cherbourg et de l’Affaire Thomas Crown, a été le magnifique parrain de la quatrième édition du Prix Messardière Roman de l’été en 2015.  Les collaborateurs du château présents à l’époque se souviennent avec émotion de la grandeur d’âme de cet homme exceptionnel qui nous a fait l’honneur de partager son nouveau bonheur en compagnie de son épouse la comédienne Macha Méril. 

Michel Legrand, Macha Meril et Didier van Cauwelaert lors du Prix Messardière en 2015

 

Baie de Pampelonne, une renaissance

Cette année à Pampelonne, vous participerez à l’une des plus formidables opérations de reconquête d’un espace touristique au bénéfice de la nature ! Un nouveau chapitre de l’histoire de la plage s’ouvre cette saison. Quels sont les changements engendrés par le schéma conçu par la commune de Ramatuelle et approuvé par décret ? Quels établissements allez-vous retrouver sur le sable ? Quels sont les nouveaux qui s’installent ? Quels services de qualité vous sont proposés ? Un petit point s’impose à l’heure de profiter des joies du soleil et des bains de mer de la presqu’île de Saint-Tropez…

Quatre kilomètres et demi de côte, vingt-sept hectares d’une magnifique plage de sable fin bordée de vignobles et de pinèdes, des établissements mythiques fréquentés par les stars du show-biz, les capitaines d’industrie et tous les happy few de la planète et 26 nouvelles concessions désormais attribuées pour une durée de douze ans. Bienvenue au cœur de la nouvelle plage de Pampelonne ! Une plage en mutation, dont le visage « pleine nature » ne se dévoilera qu’après trois saisons (hivernales) de travaux, avec ses nouveaux établissements (2019), sa dune (2020) et ses parkings paysagés (2021)…

 

70 % des exploitants reconduits sont des sortants

C’est avec le plus grand bonheur que vous retrouverez les plages historiques de Pampelonne : Le Club 55, Moorea, Tahiti Beach, Le Bar du Soleil (les quatre sont en partie implantées sur des terrains privés), Tropézina, rebaptisée Jardin Tropézina, L’Esquinade (la préférée de Brigitte Bardot), tout comme les institutions présentes depuis plusieurs années : Cap 21, Cabane Bambou, Tropicana, Indie Beach, Neptune. Notez que certaines institutions changent d’adresse – cela est le cas des Palmiers et de L’Orangerie qui déménagent toutes les deux vers le secteur des Tamaris, à la suite des préférences exprimées dans leurs dossiers de candidatures pour des raisons multiples (ouverture à l’année, meilleure accessibilité…).

Des critères d’attribution stricts

Comme le précise Gwenaëlle Jeribi, experte en marchés publics, en charge des intérêts de plusieurs candidats sélectionnés, « les offres ont été retenues par le conseil municipal [NDLR du 16 juillet 2018] sur la base d’un rapport d’analyse établi par une commission technique, assistée par le cabinet Espelia [NDLR : conseil et expertises au service exclusif des collectivités territoriales]. La sélection des offres s’est effectuée de façon rigoureusement objective au regard de quatre critères d’importance décroissante : 

1) Projet d’établissement, 

2) Qualité et cohérence de l’offre au plan technique, 

3) Propositions du candidat en rapport avec l’attente d’excellence de la commune en termes de « Responsabilité Sociale de l’Entreprise ». 

4) Qualité et cohérence de l’offre au plan financier. » 

La disparition de onze établissements

« Dix projets de sortants n’ont pas été lauréats de cette procédure qui était un véritable concours » explique la municipalité. [voir notre encadré en début de dossier]. Le tribunal administratif a quant à lui annulé le 1er février 2019 l’attribution du lot E1 à la Plage Polynésie (route de l’Épi).   

SIX nouveaux exploitants

Trois plages liées à des hôtels ramatuellois ou tropéziens s’installent sur le sable de Pampelonne, La Réserve à la plage (hôtel La Réserve Ramatuelle) quartier de l’Épi, Byblos Beach (hôtel Byblos) et La Serena (Hôtel de Paris-Saint-Tropez) boulevard Patch. Quant à Jardin Tropézina, plage partenaire de l’hôtel Château de la Messardière depuis 1997, elle reste dans ses terres route de Tahiti. La plage Loulou à Ramatuelle gérée par Gilles Malafosse (restaurants du Palais de Tokyo et du Musée des Arts Décoratifs à Paris) accueillera ses clients toute l’année dans le secteur des Tamaris. Les plages Playamigos et Alma Beach s’installent à quelques pas du camping La Toison d’Or. Route de l’Épi, à proximité de Nikki Beach (club situé sur un terrain privé) le nouvel établissement Verde by Yeeels ouvre ses portes avec pour directeur Yannick Maillot.  

Des possibilités d’ouvertures toute l’année

Les plages Jardin Tropézina, Loulou à Ramatuelle, Les Palmiers, L’Orangerie, Cabane Bambou, Indie Beach, L’Esquinade et Tropicana, dont les bâtiments d’exploitation sont situés sur des terrains communaux, bénéficieront, ce qui est le souhait de la commune « de possibilités d’ouvertures élargies à l’année, pour une période de 48 semaines minimum » précisent les documents officiels. « La commune de Ramatuelle, station classée de tourisme, n’oublie pas que la mode des bains de mer est née il y a un peu plus d’un siècle sur la Côte d’Azur… en hiver, et que bains de mer ou d’air marin ont des vertus de remise en forme reconnues ! » Ces « plages quatre saisons » sont situées dans les secteurs de Tahiti, Tamaris et Gros-Vallat. Les autres établissements de bains de mer, onze au total, qui sont équipés de bâtiments d’exploitation démontables situés sur le Domaine Public Maritime en front de mer ouvriront quant à eux de mars à octobre au maximum. 

Tous sont autorisés à accueillir leurs clients le soir, mais dans une ambiance « champêtre » comme jusqu’à présent : « afin d’éviter toute pollution du ciel nocturne, il n’est pas prévu d’éclairage des voies publiques, tant principales que secondaires, ni des parkings car le projet est de conserver à l’arrière-plage et à la plage leur caractère rural, à l’inverse de toute ambiance urbaine » précise t-on en mairie. 

Une capacité d’accueil réduite en quantité

Conséquence de la diminution de 30 % à 20 % de la surface exploitable imposée par le Décret-Plages national, les établissements de Pampelonne, dans leur ensemble, proposeront au public une offre globale d’environ 3500 matelas, « soit une diminution estimée à 900 matelas » précise la mairie.

Mais une architecture intégrée 

au site naturel et des services haut de gamme

Fidèle à sa tradition de plage authentique, conviviale et hautement qualitative, mais aussi à son image glamour, Pampelonne sera sublimée cette saison par une configuration « plus naturelle, avec des établissements aux architectures très intégrées au site, avec des matériaux naturels [NDLR : bois, verre, toile tendue. Béton et plastique étant désormais interdits…], des formes et des couleurs variées [NDLR : code couleurs pastels], des ambiances et des tarifs pour tous les publics… » précise le maire de Ramatuelle, Roland Bruno. Des établissements bien sûr toujours dotés d’une palette de services d’exception : restauration, bains de soleil, boutiques d’« articles de plage », leçons de natation… Et, c’est possible aussi sur le domaine public communal, massages et soins de remise en forme.

Symbole du tourisme du XXIe siècle

Mais au-delà de services balnéaires de grande qualité et pour tous les budgets, Ramatuelle a tenu à faire entrer ses exploitants de plage de plain-pied dans le tourisme du XXIe siècle, avec dans leur dossier de sélection un volet « responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) »,  des accès à destination des personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap, des sanitaires accessibles gratuitement aux usagers des plages publiques, des clauses relatives aux liens avec les producteurs locaux, aux économies d’énergie,  etc. ! Quant au rêve, car il s’agit bien de cela sur la Côte d’Azur, Ramatuelle reconstituera à Pampelonne – avec l’aide du vent et d’un mécénat espéré… – un milieu dunaire exceptionnel, avec une flore devenue rarissime, un patrimoine naturel qui était sur le point de disparaître.

« Je suis persuadé qu’avec ces nouveaux délégataires… nous ferons de Pampelonne un pôle d’excellence en matière de tourisme balnéaire, à la hauteur des enjeux du XXIe siècle » résume Roland Bruno.

Pampelonne 2019 en chiffres 

4,5 kilomètres et 27 hectares de sable

21 lots « Établissements de plage » dont 6 nouveaux.

2 lots « Loisirs nautiques motorisés »

3 lots « Loisirs Nautiques non motorisés »

Des concessions attribuées aux exploitants par la commune de Ramatuelle pour une durée de 12 ans.

Les absents en 2019

BAGATELLE, NIOULARGO, SHELLONA, 

LES JUMEAUX, KEY-WEST, MAISON BIANCA, MANOAH, PAGO-PAGO, EDEN PLAGE, TABOU BEACH et POLYNÉSIE. 

Les nouveaux établissements de plage 

LOULOU à RAMATUELLE, PLAYAMIGOS, 

LA SERENA, BYBLOS BEACH, LA RÉSERVE 

à LA PLAGE, verde by yeeels, Alma beach

Les nouveaux établissements de loisirs sportifs 

PAMPELONNE NAUTIC CLUB, 

WATER GLISSE PASSION, PEP’S SPIRIT.

L’Atelier San Gregorio

 

 

Une bâtisse aux lignes contemporaines, sous influence méditerranéenne, accueille le Jardin Tropézina. 

En totale harmonie avec la végétation et la mer, omniprésentes, ce restaurant de plage conjugue une esthétique des plus accueillantes avec un chef d’œuvre de technicité et de modernité écologique. 

Au regard du contexte maritime, le cabinet d’architecte San Gregorio a fait appel à l’authenticité intemporelle du pin douglas massif pour les revêtements de façade, largement inspirés des cabanes de pêcheurs.

La passion de l’architecture de Père en Fils

Depuis plus de vingt ans, L’atelier San Gregorio réalise avec passion et fidélité les chantiers de transformation du Château de la Messardière tout en signant de nombreuses autres réalisations architecturales.

Achevé en 1904 le Château de la Messardière, propriété d’Henry Brisson de la Messardière et Louise Dupuy d’Anjeac est un haut lieu de la vie mondaine de l’époque. Il se réveille de son long sommeil en 1989 après une réfection complète de l’édifice sous l’égide de Jean-Claude Rochette, Architecte en chef des Monuments Historiques. Onze ans plus tard, le nouveau propriétaire confie à Bruno Bortoluzzi la mission de restructurer et moderniser le site dans le but d’en faire un palace. Les volumes sont transformés et ouverts sur le parc, un Spa et une salle de sport haut de gamme sont créés.

En 2014, Julien Bortoluzzi architecte prolonge l’œuvre de son père en réalisant la rénovation et la transformation complète des deux niveaux de la partie centrale du château, en créant le réaménagement d’une cinquantaine de chambres, en transformant la boutique de l’hôtel, le design du bar et de l’espace d’accueil, en reconfigurant les espaces extérieurs et les sanitaires. L’Atelier a également imaginé le nouveau visage naturel et solaire du restaurant de plage Jardin Tropézina que vous aurez le plaisir de découvrir cette saison sur la plage de Pampelonne. 

Des projets d’envergure

Créée en région parisienne par Bruno Bortoluzzi, l’atelier San Gregorio déménage en 2008 sur la Côte d’Azur. Diplômé de l’école Supérieure d’architecture de Lumini à Marseille, chef de projet au sein de différentes agences d’architectures, Julien Bortoluzzi, gérant de l’agence, orchestre des projets contemporains. Régulièrement sollicité pour concevoir des projets d’habitations individuelles, l’atelier San Gregorio est au fait des contraintes administratives, économiques et écologiques que de tels programmes imposent de maîtriser. Fort de cette expérience, le cabinet d’architecture accompagne les maîtres d’ouvrage, des phases d’esquisse jusqu’à la livraison des ouvrages. L’atelier grandi et continue son développement tant sur le plan de la commande, de plus en plus diversifiée, que sur le plan géographique. Trois antennes de l’atelier ont ouvert leurs portes en 2018, l’une aux
Issambres et deux autres dans le centre-ville de
Marseille et de Paris.

L’Atelier San Gregorio en chiffres : 

  Environ 30 villas individuelles chaque année. 

Constructions neuves et rénovations.

  4 restructurations complètes d’appartements

  3 immeubles d’habitation collective en construction
et 6 études en cours

  7 restaurants dont 4 plages

  2 agences d’architectures

  2 boutiques de prêt à porter

  2 hôtels dont Le Château de la Messardière (Palace)

 

Atelier San Gregorio

Place San Peire 83380 Les Issambres

T. 04 94 45 46 25

595 Avenue de la Corniche d’Azur 83370 Fréjus

T. 04 94 96 40 84

8 rue Sainte 13001 Marseille

T. 04 65 57 36 47

22 rue Michel-Le-Comte 75003 Paris

T. 06 73 00 62 99

www.ateliersangregorio.com

ateliersangregorio.architecte@gmail.com

Une bâtisse aux lignes contemporaines, sous influence méditerranéenne, accueille le Jardin Tropézina. 

En totale harmonie avec la végétation et la mer, omniprésentes, ce restaurant de plage conjugue une esthétique des plus accueillantes avec un chef d’œuvre de technicité et de modernité écologique. 

Au regard du contexte maritime, le cabinet d’architecte San Gregorio a fait appel à l’authenticité intemporelle du pin douglas massif pour les revêtements de façade, largement inspirés des cabanes de pêcheurs.

Inès de la Fressange

marraine du 5e Grand Prix Photo de Saint-Tropez

Autour d’Inès de la Fressange, marraine du jury et de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque, le Château de la Messardière, partenaire du Grand Prix Photo de Saint-Tropez, orchestrera dans ses salons la soirée de Remise des prix du concours le 19 août et la vente aux enchères de photographies d’exception le lendemain.

Pour cette cinquième édition anniversaire placée sous la thématique « Contraste », 525 participants de 31 pays ont envoyé 2280 photos ! C’est dans le cadre du prestigieux Studio Harcourt de Paris, que le jury composé de grands noms de la photo et des arts (dont le photographe Hans Silvester, Pacha Bensimon responsable créative de la maison Hermès, Francis Dagnan président du Studio Harcourt…) a sélectionné les clichés exposés cet été à Saint-Tropez. Plusieurs sites d’exception, en plein air, au cœur du village, présenteront jusqu’au 31 août les œuvres des artistes. En juin, la place Blanqui située à quelques pas de la Maison Chanel
et du musée de la Gendarmerie et du Cinéma, les Jardins du musée de l’Annonciade sur le port, la place Celli toute proche et la place de la Garonne carré d’or des boutiques de luxe ; en juillet et août les photos prendront de la hauteur, dans le quartier de la montée de la Citadelle. 

L’intégralité des bénéfices de la vente aux enchères orchestrée par la Maison de vente Auction Art Rémy Le Fur & Associés, sur l’expertise du commissaire priseur Maître Théo Lavignon sera reversée à l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque Enfants Du Monde.

Mécénat Chirurgie Cardiaque est une association française qui permet à des enfants atteints de malformations cardiaques et venant de pays défavorisés de se faire opérer en France lorsque cela est impossible chez eux faute de moyens techniques ou financiers. Hébergés par des familles d’accueil bénévoles et opérés dans 9 villes de France (Angers, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Paris,
Strasbourg, Toulouse et Tours), près de 3 000 enfants ont été pris en charge depuis la création de l’Association par le Professeur Francine Leca en 1996. 

Le Palmarès du 5e Grand Prix Photo : 

JEUNES TALENTS : Nicholas Simenon

PASSIONNÉS : Rémy Pinaton

PREMIUM CLASS : Bertrand Bayer

PRIX CANON : Elise Azria

COUP DE CŒUR DU JURY : David Van Ruymbeke

COUP DE CŒUR MÉCÉNAT 

CHIRURGIE CARDIAQUE : Clément Hu.

 

Les coups de cœur

La Presqu’île de Saint-Tropez, terre de culture

Alexandre Durand-Viel, Directeur Général du Château de la Messardière, mélomane, homme de lettres et de diversité culturelle, vous présente ses coups de cœurs de la saison…. Ce seront sans aucun doute également les vôtres…

Le Festival International de Théâtre de Saint-Tropez

Ce nouveau festival tropézien programme des spectacles de grande qualité dont un hommage à Michel Legrand, étoile éternelle du Château de la Messardière et des acteurs nommés à la cérémonie des Molières. Du 7 au 11 juin à partir de 20h30 au Théâtre La Renaissance place des Lices. 

Picasso, Signac & Delacroix au musée de l’Annonciade

Dans le cadre de la clôture de la manifestation culturelle internationale « Picasso-Méditerranée », l’exposition inédite d’éditions limitées de céramiques, d’estampes et de photos, tirées des créations originales du maître fera date ! 

Du 13 juillet au 13 octobre l’exposition « Delacroix/Signac : la couleur du Néo-Impressionnisme s’annonce comme un événement. Ce mouvement d’avant-garde est magnifiquement représenté par Paul Signac éblouit par la beauté de Saint-Tropez dès 1892. Son livre d’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme paru en 1899 est la bible de référence (sur le port de Saint-Tropez) ! 

La Société Tropézienne des Amis de la Musique

Deux séries de concerts que nous vous présentons par ailleurs dans ce magazine. Très difficile pour moi, en tant que Président organisateur de ces deux festivals, d’avoir un coup de cœur particulier tant les artistes que nous recevons ont une sensibilité différente (voir notre article).

Les Nuits du Château de la Moutte

Depuis 44 ans, Les Nuits du Château de la Moutte, rythmées par les plus grands airs du monde, sont tout à fait magiques ! Ne ratez pas le 9 août les grands solistes russes du Moscow Virtuosi Chamber Orchestra dirigé par Vladimir Spivakov ; et le 12 août dans la palmeraie du château la grande prêtresse de l’orgue Hamond B3 Madame Rhoda Scott et ces Ladies All-Stars dont la formidable sax alto Géraldine Laurent (renseignements lesnuitsduchateaudelamoutte.com).

Le Mas des Escaravatiers, tout l’été à Puget-sur-Argens

J’adore la programmation éclectique et l’ambiance détendue de cette scène sous les étoiles située à quelques kilomètres de Saint-Tropez. Le rock est toujours vivant le 15 juin avec Gaëtan Roussel… 

Depardieu Chante Barbara le 11 août au Festival de Ramatuelle 

L’univers de deux monstres sacrés de la culture française sur la scène du joli Théâtre de Verdure. Quel événement ! 

Jazz à Ramatuelle du 16 au 20 août. Le Jazz dans sa diversité ! Un nouveau voyage… et notamment « Bird & String revisited » : Charlie Parker réinterprété par un orchestre à corde complet. Une musique lyrique, rêveuse et soyeuse à vous faire fondre de plaisir.

La grande Barbara Hendricks sublimera le 10e anniversaire du Caval’ Air Jazz Festival ! Rendez-vous le 6 septembre salle Henry Gros à partir de 21h pour un gala d’anthologie !

Société Tropézienne des Amis de la Musique

Créée en 1983, la Société Tropézienne des Amis de la Musique (STAM) présidée par Alexandre Durand-Viel depuis six ans, accueille à Saint-Tropez les plus grands noms de la musique classique dans le cadre de ses festivals de printemps et d’automne.

Le onzième Printemps Musical de Saint-Tropez 

Des virtuoses de renom ont sublimé trois belles soirées de concert… Un grand merci à la violoncelliste Emmanuelle Bertrand, le pianiste Pascal Amoyel, l’accordéoniste Elodie Soulard, le violoniste Laurent Korcia et le pianiste Nelson Goerner. 

Trois soirées d’exception pour le 17e Festival d’Automne 

Le pianiste David Fray revisite Bach (4 septembre) 

Sous l’impulsion de son dernier album en duo avec le violoniste Renaud Capuçon, David Fray réaffirme sa passion pour le grand maître allemand.

La poésie de la pianiste Fanny Azzuro (26 septembre)

Après une belle tournée aux États Unis et de beaux concerts en France, cette pianiste à la carrière en pleine ascension envoûtera la scène tropézienne par son jeu poétique et intense. 

Le violoncelliste Bruno Philippe (Révélation des Victoires de la Musique Classique 2018) et le pianiste Tanguy de Williencourt interprètent Schubert et Beethoven 

(22 octobre) 

Lauréat en 2017 du prestigieux concours Reine Elisabeth de Bruxelles, Bruno Philippe se produit avec son complice Tanguy de Williencourt sur de nombreuses scènes françaises et internationales. Ce très beau répertoire de deux jeunes musiciens prometteurs se classe parmi les plus grandes interprétations des chefs d’œuvres romantiques. Belles soirées à vous tous !

 

Concerts au Cinéma-Théâtre La Renaissance Place des Lices 

à partir de 19h.

Billetterie : Office de Tourisme de Saint-Tropez : 

Quai Jean Jaurès – T. 0 892 68 48 28

Et Aussi Géant La Foux (Gassin) – Espace Culturel Leclerc (Cogolin). 

Sur internet : digitick.com – fnac.com – francebillet.com – tickenet.fr

Saint-Tropez et l’art

Une relation symbiotique 

L’exceptionnelle lumière qui baigne la presqu’île et les variations chromatiques de ses eaux scintillantes représentent une source inépuisable d’inspiration pour les artistes, qui se conjugue au passé, au présent et au futur sans aucun doute. 

À la fin du XIXe siècle, la cité du Bailli s’inscrivait déjà parmi les villégiatures favorites des comédiens, des écrivains et des peintres. C’est ici dans la campagne des Salins que les maîtres de l’impressionnisme, Camoin, Derain, Seurat ou Matisse, aimaient se retrouver dans le modeste atelier de  leur ami Signac. Suivront les jeunes premiers du cinéma d’avant et d’après-guerre, voire même Pablo Picasso, pensionnaire à l’Hôtel de la Ponche. Délaissant momentanément Mougins pour les beaux yeux d’une jolie tropézienne, on le croise volontiers sur la terrasse du Gorille. Le musée de l’Annonciade a naturellement plusieurs fois rendu hommage à cet artiste majeur du XXe siècle. Sa récente exposition tropézienne s’est articulée autour d’affiches, photos, céramiques, foulards et estampes dans le cadre de l’opération « Picasso Méditerranée ».

L’art contemporain reste une valeur sure

Parce que l’art contemporain est devenu l’une des rares valeurs refuges, il bénéficie dans certain cas d’une exonération fiscale, les professionnels de l’art sont très présents dans un paysage tropézien richement doté de 4 musées, d’une ribambelle de peintres locaux et de multiples galeries ayant pignon sur rue depuis plus d’un quart de siècle pour certaines : pour exemple Corine
Kowalski, très inspirée par la mer et les bateaux, installée depuis 1993 près de l’église, ou encore l’Atelier
Gérard Leroux, depuis 35 ans sur la place de l’Hôtel de ville. 

Le marché de l’art affiche une insolente santé

Dopé par des records époustouflants en salle des ventes, le marché de l’art suscite quelques convoitises… Investisseurs et collectionneurs sont totalement grisés par un envol de chiffres qui donnent le vertige : 45 millions pour une œuvre de Basquiat (New York, 2018) et plus de 81 millions pour la sculpture la plus chère de l’année signée Jeff Koons.

En toute logique, entre 2018 et 2019, la ville est devenue le terrain de jeu de deux nouveaux et importants galeristes qui souhaitent y promouvoir  leur artiste fétiche.  

À deux pas de la place des Lices, derrière son élégante façade rouge, l’espace Garance Montador entend faire partager au public une véritable passion pour l’art contemporain. À l’honneur, Robert Combas, enfant terrible de la figuration libre et l’un des grands monstres vivants de la peinture française. La cote de Combas, dopée par des enchères à la hausse, amorce une remarquable accélération avec des répercussions jusqu’en Asie. Encouragés par une fluctuation positive (+500% depuis l’an 2000) les collectionneurs de la première heure remettent progressivement sur le marché des œuvres majeures, certaines détenues depuis vingt ans et plus, ce qui offre à l’artiste une nouvelle visibilité internationale. 

Galerie Garance Montador, 5 avenue Paul Roussel. 

Entrée Libre  – Tel. 04 94 97 61 82 

Sur la Place des Lices 

Un ancien hôtel particulier dont les quatre niveaux d’espaces et de lumières ont été magistralement rénovés, accueille la Fondation Linda et Guy Pieters depuis juillet 2018. Désormais tropézien d’adoption, le charismatique protecteur des Arts flamands se partage entre la Riviera et Knokke-le-Zoute où sa galerie s’impose en incontournable pour les collectionneurs de l’Europe du Nord. Ici, Guy Pieters a promis d’organiser quelques-uns de ces happenings insolites dont il a le secret autour de ses artistes signatures, Venet, Niki de St Phalle ou encore Arman… 

Pour la Fondation, 2019 est une année dédiée entre autres à Jean-Michel Folon (1934-2005) et Jan Fabre, un artiste belge polyvalent et créatif, dont les œuvres conjuguent sculptures, théâtre ou chorégraphie. Son exposition tropézienne, intitulée « Le garçon qui porte la lune et les étoiles sur sa tête » dévoile sculptures en bronze doré et maquettes à la cire complétée de 24 dessins et collages originaux, le tout fortement inspiré par le cosmos mais aussi par l’imagerie mystique ou l’univers poétique du Petit Prince de St Exupéry.

Fondation Linda et Guy Pieters

Place des Lices : 28, bd Vasserot 83990 Saint-Tropez

Entrée libre toute l’année / Ouvert tous les jours, 

sauf mardi-mercredi, de 10h00 à 19h00 

T. +33 (0)4 22 84 01 89 – info@fondationlgp.com

T-Rex de Koen Vanmechelen,
bronze, 140 x 64 x 40 cm, 2014 – D.R.
Courtesy Fondation Linda & Guy Pieters
Le garçon qui porte la lune et les étoiles sur sa tête de Jan Fabre, cire, bois, métal, 178,5 x 41,2 cm x 79 cm, 2019
D.R. / Courtesy Fondation Linda & Guy Pieters

La Galerie Estades

Une véritable référence dans le monde de l’Art

Fort de 30 ans de métier de marchand d’art, Michel Estades, passionné par l’œuvre de Bernard Buffet, spécialiste de l’art figuratif moderne et contemporain et expert des maîtres provençaux et lyonnais, vous présente les œuvres des plus grands maîtres tout en vous proposant de découvrir de nombreux artistes de talent, dont de grands sculpteurs et verriers.

Une programmation d’exception

Plusieurs grands noms de la galerie sont classés dans le top 100 des artistes leaders des ventes en France, comme Jehan, Jouenne, Chanco, Fusaro et Malle… Partenaire de musées publics et privés et d’institutions financières et expert auprès de commissaires-priseurs français et étrangers, la Galerie Estades expose dans plusieurs lieux de prestige, des palaces à l’image du Château de la Messardière cette saison, des hôtels, des restaurants étoilés…

Une expertise reconnue 

Michel Estades conseille avec le même plaisir les amateurs d’art et les collectionneurs : « Ma plus belle récompense est de partager mes coups de cœur et mon expertise avec nos acquéreurs. J’ai trois valeurs : confiance, éthique et convivialité ! » 

La Galeries Estades en chiffres :

-30 ans d’expertise

-4 galeries d’art : Paris, Lyon, Toulon, Baden-Baden

-Une équipe de 15 collaborateurs

-90 artistes représentés : 60 peintres et 30 sculpteurs 

-Une exposition différente toutes les 6 à 7 semaines dans chaque galerie

www.estades.com

Michel Estades, Fondateur – Directeur Général

06 11 51 76 94

michel.estades@estades.com

Olivier Fiche, Directeur Projets & Partenariats

06 60 70 07 08

olivier.fiche@estades.com